YouTube Twitter Linkedin Nous contacter fr Navigation
TilderNews On Demand
Émission Intervention Interview

« 70% des Français approuvent la fermeté du gouvernement face aux conflits sociaux actuels » Frédéric Latrobe sur LCI pour « la Question de l’éco »

À propos de La Question de l’Éco : À un rythme hebdomadaire, « La question de l’éco » est présentée dans « Le quotidien de l’économie » d’Emmanuel Kessler, diffusé sur LCI à 20h10 et 21h10. Avec l’intervention de Frédéric Latrobe, associé de Tilder ou Nicolas Boudot, Directeur chez Tilder, ce rendez-vous est l’occasion d’un décryptage en matière de communication d’un enjeu économique saillant de la semaine à partir d’un sondage réalisé par un institut auprès d’un panel représentatif de la population française.

Q1 : Face aux conflits sociaux actuels (intermittents, SNCF), approuvez-vous la fermeté du gouvernement ?

• Sous total « OUI » : 70%
• Sous total « NON » : 29%
• NSP : 1 %

Q2 : Faut-il selon vous diminuer le nombre de fonctionnaires en France ?

• Sous total « OUI » : 61 %
• Sous total « NON » : 38%
• NSP : 1 %

ANALYSE DE FREDERIC LATROBE, ASSOCIE CHEZ TILDER

Q1 : 70% des personnes interrogées approuvent la fermeté du gouvernement face aux conflits sociaux actuels (intermittents, SNCF)…
C’est un résultat qui confirme l’adéquation avec l’opinion de la posture politique choisie par Manuel Valls et pour laquelle, d’ailleurs, il a été nommé à Matignon par François Hollande. Avec l’énergie, la fermeté fait partie du capital de marque du Premier ministre. Cette fermeté constitue un marqueur de son action à Matignon, et crée une rupture très nette avec son prédécesseur Jean-Marc Ayrault, dont le plus significatif recul fut celui sur l’écotaxe face à la fronde des bonnets rouges. L’enjeu de communication pour l’exécutif est maintenant de tenir cette posture de fermeté au moins en apparence. Car, d’une part, sur la réforme ferroviaire, il y a quand même eu l’adoption d’amendements qui ont fait bouger le projet de loi lors de la discussion parlementaire. D’autre part, sur les intermittents, le va-et-vient entre négociation et fermeté peut devenir à terme préjudiciable.

Q2 : Une large majorité de Français (61%) considère qu’il faut diminuer le nombre de fonctionnaires en France
C’est un nouveau coup dur pour la Fonction publique. Une fois de plus, la Cour des Comptes et son Président Didier Migaud ont jeté une pierre dans le jardin du gouvernement et visiblement, les Français souhaitent majoritairement que les choses changent. Cela pose une équation de communication délicate pour François Hollande et Manuel Valls : comment assumer une réflexion sur les effectifs de la Fonction publique en cohérence avec leur volonté de réduire la dépense publique ? C’est l’enjeu d’un discours réformateur sur les missions de service public aujourd’hui, en période de crise, telles qu’elles sont considérées par un gouvernement de gauche. Mais c’est surtout un piège politique : ne rien faire et ils seront accusés de choyer leur électorat ; réduire les effectifs et ils seront accusés de faire « la casse du service public », un sparadrap idéologique qui colle normalement au doigt de la droite.

VISIONNER L’INTERVENTION DE FREDERIC LATROBE