YouTube Twitter Linkedin Nous contacter en fr Navigation
TilderNews On Demand
Émission Intervention Interview

« Diesel : la pente de communication est raide » Frédéric Latrobe sur LCI pour « La Question de l’Eco »

À propos de La Question de l’Éco :

« La Question de l’éco » est traitée tous les jeudis à 19 h 30, en direct sur LCI, dans « La newsroom» de Romain Hussenot.

Avec l’intervention de Frédéric Latrobe ou Nicolas Boudot, Associés chez Tilder , ce rendez-vous est l’occasion d’un décryptage en matière de communication d’un enjeu économique saillant de la semaine à partir d’un sondage réalisé par un institut auprès d’un panel représentatif de la population française.

Questions du sondage réalisé les 4 et 5 février 2015

1 / Si demain vous deviez changer votre voiture, vous achèteriez plutôt… ?

  • Un modèle hybride : 35 %
  • Un modèle diesel : 29 %
  • Un modèle essence : 26 %
  • Un modèle électrique : 9 %
  • NSP : 1 %

2 / Une prime de 10 000 euros vous inciterait-elle à acheter un véhicule électrique ?

  • Sous total « Oui » : 49 %
  • Sous total « Non » : 50 %
  • NSP : 1 %

ANALYSE DE FREDERIC LATROBE, ASSOCIE CHEZ TILDER

1/ Plus d’un quart des Français (29%) choisirait un modèle diesel en cas de changement de voiture

Ce résultat est un peu cruel pour le gouvernement et particulièrement pour François Hollande et Ségolène Royal. Pour le Président de la République, le fait que plus d’un quart des Français continue a priori de préférer le diesel montre qu’ils n’ont pas, dans ce domaine en tout cas, la fibre verte, alors même que dans sa conférence de presse du jour, François Hollande a déclaré tout de go que « la France (devait) être un pays écologique ». Le Président ne pouvait faire moins l’année où la France sera le pays hôte de la Cop21 sur le climat (en décembre prochain). Les dernières 48h ont donc valeur de discours de preuve et d’engagement dans ce domaine, entre l’annonce hier de la feuille de route pour la transition écologique par Manuel Valls et Ségolène Royal et les propos aujourd’hui de François Hollande. Mais ce discours d’engagement relève plutôt pour l’instant de la méthode Coué ou annonce, a minima, une année de communication incitative car les Français ne sont pas à ce jour au rendez-vous de l’écologie. Le Président le sait bien lorsqu’il dit que la France « doit être un pays écologique » et non pas « qu’elle est un pays écologique ».

Accélérer, pour convaincre et tenter de faire bouger l’opinion d’ici décembre, voilà donc la mission de la ministre de l’Ecologie et du Développement durable. Pour elle aussi, la pente s’annonce donc raide car l’opinion n’est pas dans le tempo. C’est pourquoi Ségolène Royal va devoir maintenant tracer en communication le sillon de l’écologie, sur un mode de campagne électorale et en tentant de dessiner une cohérence qui n’est pas apparue dans les dernières annonces gouvernementales, de l’abandon de l’écotaxe jusqu’à l’autorisation des feux de cheminée en passant par le brouillage des messages sur le nucléaire.

Une nécessité politique qui explique aussi que François Hollande continue de jouer le pas de deux avec les écologistes, entretenant l’idée de leur retour au gouvernement. Ils seraient alors la « pastille verte » du Président de la République.

2/ Une prime de 10 000 euros pour acheter un véhicule électrique ne serait pas spécialement incitative pour 1 Français sur 2

Confirmation du fait que le diesel et l’habitude au diesel ont la vie dure, l’argument financier n’a pas d’effet incitatif dans l’opinion. Il va falloir que le gouvernement trouve autre chose et renouvelle son discours car rappelons que la prime de 10 000 euros avait déjà été annoncée en juin dernier et confirmée en octobre. La nouveauté étant qu’elle devient effective en avril. Mais peut-être faut-il aussi que le gouvernement s’engage dans une communication un peu plus prospective car les Français sont certainement réticents en raison des incertitudes qui pèsent encore sur l’autonomie des voitures électriques, par exemple, ou sur la disponibilité des bornes de recharge. Bref, outre les questions de coût qui ont leur importance, l’opinion française ne se projette donc pas encore dans le monde écologiquement raisonnable du véhicule hybride ou électrique. Sans trop attendre les industriels et les solutions techniques de demain, au gouvernement dès maintenant de dessiner ce monde.

 

Visionner l’intervention de Frédéric Latrobe