en fr Navigation
TilderNews On Demand
Émission Interview

Nicolas boudot on LCI for “La Question de l’Eco” A tactical reshuffle for the president, but cosmetic for opinion

Questions du jeudi 11 février 2016

Q1 : Pensez-vous que le remaniement du gouvernement aura un effet positif, un effet négatif ou pas d’effet sur l’évolution du chômage ?

  • Un effet positif : 9 %
  • Un effet négatif : 8 %
  • Aucun effet : 82 %
  • NSP : 1 %

Q2 : A l’issue du remaniement, souhaitez-vous que le gouvernement mène une politique économique… ?

  • Plus sociale : 41 %
  • Plus libérale : 37 %
  • Identique à celle qu’il mène aujourd’hui : 20 %
  • NSP : 2 %

ANALYSE DES RESULTATS PAR NICOLAS BOUDOT, ASSOCIE CHEZ TILDER

Q1 : 82% des Français interrogés considèrent que le remaniement ministériel n’aura aucun effet sur l’évolution du chômag

A quoi peut servir un remaniement ministériel à 14 mois de l’élection présidentielle ? Pour le Président de la République la réponse est la suivante : provoquer un double électrochoc de communication.

  • Le premier à destination de sa majorité, afin de la placer en ordre de marche derrière lui pour les élections présidentielles à venir et tenter de ressouder les forces victorieuses des élections législatives de 2012 ;
  • le second à l’endroit de l’opinion publique, le tout visant à envoyer un message politique sur ce que pourrait être l’équipe et la ligne politique et économique qui accompagnera la campagne à sa propre réélection.

Sur le premier point, strictement politique et interne à la majorité, il semble que le pari soit réussi avec l’entrée de ministres et secrétaires d’Etat issus du parti écologiste. Cela ouvre un peu l’espace politique de François Hollande et limite la capacité d’une candidature EELV dissidente en 2017.

Néanmoins, il apparaît que ce remaniement n’a pas d’impact sur l’opinion publique. En effet, les résultats du sondage de cette semaine sont particulièrement éloquents sur le décalage de perception entre la recherche par l’exécutif de cet électrochoc de communication induit par des changements de tête au sein du gouvernement et la lecture économique qui en est faite par l’opinion publique.

Les Français considèrent que ce remaniement n’aura aucun impact sur l’évolution du chômage qui est le principal sujet de préoccupation des Français et que le président de la République a transformé en condition de sa candidature pour 2017. De ce fait, il sera compliqué pour le président de la République de capitaliser positivement sur cette séquence de communication permise par le remaniement et traditionnellement supposée être une bouffée d’oxygène pour les deux têtes de l’exécutif. Il y a fort à parier que le remaniement annoncé aujourd’hui devrait n’avoir qu’un impact politique interne et donc ne pas avoir de conséquence visible pour l’opinion publique.

Aujourd’hui, englué au sein de sa propre majorité sur les questions relatives à la déchéance de nationalité, challengé sur sa gauche par l’entrée en campagne de Jean-Luc Mélenchon hier, le président de la République joue une partition de communication compliquée et devra fixer une ligne politique et économique claire et lisible à l’occasion du 20 heures de ce soir s’il veut pouvoir toucher les Français. Et ce ne sera pas aisé de montrer que la priorité de la fin de son quinquennat est la lutte contre le chômage. On ne peut en effet tirer qu’une seule annonce à la suite de ce remaniement : la nomination de Madame Valter, Secrétaire d’Etat auprès de la ministre du Travail en charge de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage.

Q2 : Les Français favorables à la mise en œuvre d’une politique plus sociale que libérale à l’issue du remaniement.

Le résultat de ce sondage interroge, est ce la fin de l’état de grâce pour Emmanuel Macron ? Est-ce le terme « libéral » qui est toujours un repoussoir dans l’opinion publique ? Est-ce une recherche de protection sociale en l’Etat providence au moment où les indicateurs macro-économiques virent au rouge ?

Avec le remaniement technique annoncé aujourd’hui, on pourrait considérer que le président de la République a anticipé l’attente des Français interrogés en faisant entrer des personnalités plus marquées à gauche et donc plus sociales, notamment les ministres issus du parti écologiste. Il convient tout de même de relativiser cette affirmation tant l’écart est faible entre la demande d’une politique plus sociale et la recherche d’une politique plus libérale qui scinde la France en deux camps quasiment égaux. C’est plutôt à la recomposition de deux camps distincts défendant deux conceptions économiques que nous sommes en train d’assister.

A l’approche des élections présidentielles et au moment où les différents camps et équipes de campagnes fourbissent leurs armes et leurs arguments économiques, il convient de constater que la bataille idéologique sur l’économie, que l’on croyait morte avec le syncrétisme économique dont à pu faire preuve le gouvernement depuis deux ans, reprend de la vigueur.

En communication cela signifie que la ligne de synthèse sociale libérale défendue par l’exécutif n’est peut-être pas suffisante et que les Français attendent une ligne économique plus franche. Plus sociale ou plus libérale ? Réponse dans 14 mois.

Visionner l’intervention de Nicolas Boudot pour “la Question de l’Eco” sur LCI
+
Visionner l’émission “COMTOUJOURS”
La nouvelle émission 100% décryptage de l’information après “la Question de l’éco” à laquelle participe un consultant de Tilder en débat avec un autre communicant et un éditorialiste.

A propos de La Question de l’Éco :

À un rythme hebdomadaire, « La Question de l’Éco » est traitée tous les jeudis, en direct sur LCI à 19 h 30, dans l’émission de  Julien ARNAUD : La newsroom. Après un tour de l’actualité, Julien ARNAUD donne la parole aux journalistes de la rédaction et à divers experts pour une analyse pointue des grands dossiers du jour. Avec l’intervention de Frédéric Latrobe, Nicolas Boudot ou Guillaume Jubin, Associés chez Tilder, ce rendez-vous est l’occasion d’un décryptage en matière de communication d’un enjeu économique saillant à partir d’un sondage réalisé par un institut auprès d’un panel représentatif de la population française.