YouTube Twitter Linkedin Nous contacter en fr Navigation
TilderNews On Demand

Interview de Matthias Leridon sur le site de Metro

 

« L’Afrique fait sa révolution »

Les conflits qui se passent en Afrique ont ils un caractère traditionnel ou opèrent-ils un réel changement ?

Tous les régimes autoritaires profitaient du manque des populations à l’information. Aujourd’hui cela a changé et l’aspiration des populations à plus de démocratie rend la situation explosive. La réalité de l’Afrique change très rapidement. Nous nous le percevons souvent mal à cause des liens ancestraux colonialistes qui nous lient encore avec ses pays. C’est inscrit dans l’Histoire: face aux régimes totalitaires, la jeunesse qui se développe devient de plus en plus active dans sa destinée. C’est un grand mouvement qui est en marche.

A quoi cela est dû ?

 

Je pense qu’il faut rappeler le contexte particulier du continent africain. Premièrement, c’est un pays jeune, il est même le plus jeune au monde: l’Afrique subsaharienne est constitué à 62 % de moins de 25 ans. Deuxièmement, la pénétration de la téléphonie et d ‘internet dans ces pays est un facteur majeur. Ils ont fait changer la société au cours de ces 10 dernières années. De plus le niveau de croissance de ce continent est sans équivoque : selon le FMI, en 2011 la croissance du continent sera de 6%, ce qui est un peu près égal à la Chine, prévu à 9%.
La Tunisie à été l’élément déclencheur, mais les tendances structurelles existaient déjà. Les pressions dont les populations étaient victimes faisaient office d’une véritable « cocotte minute ». A chacun son rythme, ils chercheront à marquer leur volonté de liberté et de démocratie. La réalité c’est que même si ce n’est pas le cas cette fois-ci pour tous les pays, cela le deviendra tôt ou tard.

Logo Métro

Matthias Leridon

Pensez-vous qu’il y aura une contagion du phénomène ?

Ce sont des manifestations qui toucheront tous les pays, bien que chaque situation soit différente au point de vue national. Les aspirations sont présentes. Cela ne s’arrêtera pas là. L’Afrique est tellement jeune: on a fêté en 2010, le 50ème anniversaire du retrait des colonies et cela fait 20 ans seulement que l’apartheid est fini. L’Afrique a encore tout à écrire. Cela fait partie du chemin des continents de passer par la liberté. Elle fait maintenant sa révolution.

Passer de régimes totalitaires à des systèmes démocratiques, est-ce possible pour ces pays ?

Je pense que la transition est possible. C’est une perspective historique. Même si c’est un pari difficile et qu’il devront faire face à une période instable, au final le mouvement est là. Le contexte religieux complexifie bien sur le chemin vers la démocratie mais j’ai une confiance fondamentale dans la jeunesse pour passer au-dessus.

Ne pensez-vous pas que l’effondrement des systèmes profitent aux mouvements islamistes ?

 

Face au danger intégriste , il y en a toujours un risque. Mais le rôle d’internet et sa communication, qui sont de fortes structures des mouvements contestataires, sont aussi des moyens de pressions contre les tentatives des intégristes. J’ai confiance en la jeunesse.

 

Lire l’interview de Matthias Leridon sur le site de Metro