YouTube Twitter Linkedin Nous contacter fr Navigation
TilderNews On Demand
Émission Interview

« L’inefficacité de la communication des banques françaises dans la crise ? » Frédéric Latrobe sur LCI pour « la Question de l’Eco »

À propos de La Question de l’Éco : À un rythme hebdomadaire, « La question de l’éco » est présentée dans « Le quotidien de l’économie » d’Emmanuel Kessler, diffusé sur LCI à 20h10 et 21h10. Avec l’intervention de Frédéric Latrobe, associé de Tilder ou Nicolas Boudot, Directeur chez Tilder, ce rendez-vous est l’occasion d’un décryptage en matière de communication d’un enjeu économique saillant de la semaine à partir d’un sondage réalisé par un institut auprès d’un panel représentatif de la population française.

Questions du sondage :

Q1 : Avez-vous le sentiment que les banques françaises jouent leur rôle aujourd’hui en matière de financement des entreprises ?

  • Sous total « OUI » : 22 %
  • Sous total « NON » : 78 %

Q2 : Qu’est-ce qui selon vous est responsable de la dégradation de la note attribuée à la France par les agences de notation ?

  • L’action économique du gouvernement actuel : 25 % (+6 points par rapport à novembre 2012)(*)
  • L’action économique du gouvernement précédent : 12 % (-9 points par rapport à novembre 2012)
  • Les actions économiques de la droite et de la gauche qui ont gouverné successivement la France depuis 30 ans : 62 % (+3 points par rapport à novembre 2012)
  • NSP : 1 %

(*) En novembre 2012, la question posée était : « Qu’est-ce qui selon vous est responsable de la perte du triple A (la note maximale attribuée par les agences de notation pour mesurer la crédibilité d’un pays à rembourser sa dette) de la France ? »

 

ANALYSE DE FREDERIC LATROBE, ASSOCIE CHEZ TILDER

Q.1 Pour 78% des Français, les banques françaises ne jouent pas leur rôle en matière de financement des entreprises…

Les Français jugent avec sévérité les banques françaises et ce résultat conduit à deux enseignements :

  1. Dans le climat actuel de défiance, la petite musique interventionniste d’Arnaud Montebourg continue de trouver un fort écho dans l’opinion. C’est lui qui a déclaré cette semaine que les banques françaises ne faisaient pas leur travail, reprenant un discours anti établissements bancaires qui est l’un de ses marqueurs d’image personnel. C’est un marqueur au sein de la gauche et c’est un marqueur face à la droite car cela lui permet d’attaquer à chaque fois l’aide apportée aux banques sous l’ère Sarkozy au début de la crise.
  2. La communication des banques ne passe pas dans l’opinion. Elles affirment être aux côtés des entreprises, chiffres à l’appui, mais elles subissent, dans le climat actuel, l’effet d’image des trains en retard qui empêchent de voir les trains à l’heure. Et comme pour les trains, c’est probablement injuste.

Q.2 La gauche comme la droite sont responsables de la dégradation de la note attribuée à la France par les agences de notation pour 62% des Français, mais la responsabilité du gouvernement actuel est soulignée avec un gain de 6 points par rapport à il y a un an…

Ce résultat est un nouveau signal d’alarme sur la perte de crédibilité de la classe politique française en matière de gestion économique du pays. Néanmoins, la montée du mécontentement et la faible audience de l’opposition qui se cherche encore un leader auraient pu laisser imaginer une augmentation plus importante depuis un an. La droite a échoué et la gauche est en train de décevoir, voilà qui aurait pu jeter l’opprobe de façon encore plus marquée sur la classe politique. En attendant de voir si ce jugement se traduira plutôt dans les urnes, à travers des votes extrêmes, le vrai mouvement intéressant est la progression de 6 points de la responsabilité du gouvernement actuel. En réaction, le gouvernement n’a d’autres choix que la pédagogie et le discours de preuve sur sa propre politique, et non plus l’héritage du gouvernement précédent.

VIDEO DE L’EMISSION