YouTube Twitter Linkedin Nous contacter en fr Navigation
TilderNews On Demand
Émission Interview

Nicolas Boudot sur LCI pour « La Question de l’Eco » L’image du Diesel, écornée par l’affaire Volkswagen, est-elle achevée par la COP 21 ?

Questions du jeudi 22 octobre

Q1 : Votre téléphone, comme une carte de crédit, permettra bientôt de faire des paiements rapides. Vous personnellement pensez-vous que vous utiliserez votre portable pour faire des paiements ?

  • Sous total « oui » : 19 %
  • Sous total « non » : 81 %

Q2 : Pensez-vous que l’Etat doit supprimer l’avantage de TVA sur le diesel pour les flottes de voitures d’entreprises afin de les inciter à rouler avec des moteurs essence ou électrique ?

  • Sous total « oui » : 53 %
  • Sous total « non » : 47 %

ANALYSE DES RESULTATS PAR NICOLAS BOUDOT, ASSOCIE CHEZ TILDER

Q1 : 53% des personnes interrogées considèrent que l’Etat doit supprimer l’avantage de TVA sur le Diesel pour les flottes de véhicules d’entreprises.

La communication ne peut pas se contenter de mots sans que les actes concrets viennent servir de preuves à la volonté de faire ce qui a été dit. A ce sujet, cette semaine, le journal les Echos a annoncé que l’Etat réfléchissait à des mesures visant à limiter les avantages fiscaux applicables aux véhicules Diesel d’entreprises. Cette annonce, si elle était effectivement votée par le Parlement à l’occasion de la Loi de Finance rectificative qui sera discutée en novembre prochain, serait la traduction en actes des propos tenus par le gouvernement après l’affaire Volkswagen.

De plus, cette décision arriverait à un moment propice où les questions de protection de l’environnement seraient au cœur de l’actualité avec la COP 21. Il s’agit là d’une réussite en communication à mettre au crédit d’un gouvernement qui a manqué parfois de capacité à apporter de la cohérence dans les faits après des annonces ou des déclarations.

L’éventualité de supprimer l’avantage de TVA est cautionnée par une courte majorité de Français (soutien à 53%). Ce résultat est globalement positif pour l’exécutif alors même que l’attachement au Diesel des entreprises et des particuliers est incontestable en France.

Deux explications à ce résultat :

D’abord parce que l’argument écologique qui préside à cette mesure n’est pas présenté de manière punitive. C’est la suppression d’un avantage, synonyme d’une harmonisation de la fiscalité avec l’essence et non la création d’une taxe supplémentaire. Ensuite, parce que le Gouvernement s’attaque à nouveau au Diesel à quelques semaines de la COP21, via les entreprises en faisant endosser la mesure par Bercy, et non en visant les particuliers qui auraient probablement réagi différemment au moment de répondre à la question posée.

Q2 : 81% des Français interrogés pensent ne pas utiliser leur téléphone pour effectuer des paiements.

Le résultat de ce sondage est surprenant.

En effet, le téléphone portable, depuis l’avènement des smartphones il y a quelques années, est devenu le prolongement de chaque individu qui peut l’utiliser pour toutes ses actions de la vie courante grâce à des applications dédiées. De la réservation de restaurant en passant par les contrôles dans les transports, de la consultation de la presse à la consultation de son compte bancaire… Toutes les actions de la vie quotidienne sont désormais réalisables en quelques clics. Partant de cet état de fait, il était évident que la question du paiement dématérialisé émergerait et que les opérateurs se saisiraient de cette opportunité. Le téléphone, à lui seul, peut permettre de remplir toutes les fonctions de la vie courante.

Nous pouvons faire le pari que d’ici à quelques mois, nous sourirons certainement des résultats de ce sondage tant cette mesure technique s’inscrit dans les fonctionnalités attendues par un tel outil. Pour illustrer cette situation, nous pouvons rappeler cette réalité : toutes les études montraient en 2013 que le recours aux fréquences 4G intéressait une infime minorité de Français. Aujourd’hui, ce sont des millions de clients qui l’utilisent et qui ne pourraient s’en passer.

Le téléphone portable répond à une règle simple en communication : l’outil fait l’usage.

Il convient donc de faire la preuve de la simplicité de l’action, de la sécurité de la transaction et de la capacité à suivre l’état de ses dépenses pour que le recours au téléphone comme outil de paiement devienne une action courante.

C’est donc un exercice de pédagogie intensive qui attend les opérateurs et les créateurs d’applications de paiement par téléphone portable. Ils devront à court terme et dans un contexte général de défiance sur le traitement des données privées apporter la preuve de la sureté des transactions. Une fois cet obstacle dépassé, nous pouvons faire le pari que le paiement par téléphone portable sera simple comme un coup de fil.

Visionner l’intervention de Nicolas Boudot pour « la Question de l’Eco » sur LCI
+
Visionner l’émission « COMTOUJOURS »
La nouvelle émission 100% décryptage de l’information après « la Question de l’éco » à laquelle participe un consultant de Tilder en débat avec un autre communicant et un éditorialiste.