YouTube Twitter Linkedin Nous contacter fr Navigation
TilderNews On Demand
Interview

MEDEF : quelles priorités pour le nouveau Président

À un rythme hebdomadaire, « La question de lʼéco » est présentée dans « Le quotidien de lʼéconomie » dʼEmmanuel Kessler, diffusé sur LCI à 20h10 et 21h10. Avec lʼintervention de Nicolas Boudot, Directeur chez Tilder, ce rendez-vous est lʼoccasion dʼun décryptage en matière de communication dʼun enjeu économique saillant de la semaine à partir dʼun sondage réalisé par un institut auprès dʼun panel représentatif de la population française.

Sondage du 4 juillet 2013 TILDER/LCI/OpinionWay

Quelles doivent être selon vous les deux priorités du nouveau président du MEDEF ? (2 réponses possibles, total supérieur à 100%)
  • Renforcer le dialogue avec les partenaires sociaux 49 %
  • Renforcer les règles de bonne conduite concernant la rémunération des dirigeants d’entreprise 47 %
  • Obtenir du gouvernement une simplification des procédures administratives pour les entreprises 41 %
  • Obtenir du gouvernement un allègement des charges sociales et des impôts sur les entreprises 40 %
  • NSP 2 %
Pensez-vous qu’il est possible de baisser le budget de l’Etat en 2014 sans baisser la qualité du service public ?
  • Sous-total OUI 69 %
  • Sous-total NON 31 %
Analyse de Nicolas Boudot, Directeur chez Tilder
  • Les deux priorités du nouveau président du MEDEF

 Quand on interroge les Français sur les deux priorités du président du MEDEF, ils répondent : « Monsieur Gattaz, il n’y a pas 2, mais 4 priorités ! »

Le temps de l’action est arrivé pour Pierre Gattaz après 6 mois de campagne. Les Français interrogés dans le sondage OpinionWay pour TILDER et LCI expriment des sentiments multiples pour les priorités du nouveau président du MEDEF et de ses équipes. Il apparait un véritable équilibre des résultats obtenus avec moins de 9 points d’écart entre les 4 réponses proposées. Ce faisant, les Français interrogés expriment une attente très forte dans les premières actions de Pierre Gattaz dans les 4 items proposés, couvrant  les principaux champs d’actions attendus d’un patron des patrons. Ainsi, les Français interrogés ne veulent pas trancher : ils veulent tout !

Ils souhaitent une présidence du MEDEF active sur le terrain social, sur le terrain de la morale économique et sur le terrain de la limitation des freins à la liberté d’entreprendre.

C’est d’ailleurs ce qu’il a fait hier lors de son premier discours comme président du MEDEF, demandant une baisse des charges pesant sur les entreprises de 100 milliards d’Euros sur 5 ans.

Il a d’ores et déjà frappé un grand coup en faisant cette annonce hier, se plaçant résolument d’emblée sur le registre de l’action en faveur des entrepreneurs.

Finalement, en matière de communication ce sondage  montre que les Français attendent de Monsieur Gattaz qu’il les réconcilie avec les entrepreneurs, avec les patrons et avec l’esprit d’entreprise.

A lui désormais de montrer, avec la nouvelle équipe de direction du MEDEF de quoi ils sont capables pour accomplir cette mission. Il a 5 ans pour y parvenir.

 

  •  Impact d’une baisse du budget de l’Etat en 2014 sur la qualité du service public

 Les économies dans le budget de l’Etat pour 2014 annoncées par le gouvernement, qui visent à réduire les dépenses de 14 milliards d’Euros ne semblent pas de nature à remettre en cause la qualité des services publics.En effet, 7 Français sur 10 considèrent qu’il est possible de baisser le budget de l’Etat sans pour autant baisser la qualité du service public. L’interprétation de ce sondage amène trois réflexions :

La première sur les relations des Français avec les services publics :

Ce résultat montre une très grande confiance des Français dans la qualité des services publics du pays et qu’ils considèrent qu’il demeure suffisamment d’agents pour assurer correctement les missions qui leurs sont confiées sans grever la qualité du service rendu.

La seconde réflexion porte sur la stratégie en matière de communication du Gouvernement qui, en sanctuarisant un certain nombre de ministères (notamment et prioritairement l’Education nationale) a réussi à rassurer les Français.

Le message exprimant le fait que les nécessaires économies budgétaires ne toucheraient pas les secteurs les plus sensibles, au premier rang desquels figurent l’Education et l’Enseignement supérieur, a manifestement parfaitement fonctionné.

Cette constatation conduit à la troisième qui est d’ordre plus général : en exprimant le fait que la qualité du service public n’est pas corrélée avec la baisse des dépenses publiques est une preuve de confiance des Français dans la capacité du Gouvernement à mobiliser les finances publiques là où il faut.

Ainsi, les critiques exprimées par la ministre de l’Ecologie sur son budget en baisse qui ont conduit à son limogeage  ne semblent pas rencontrer l’approbation des Français interrogés. Ceux ci semblent considérer que la qualité et la bonne répartition des finances publiques valent mieux que la quantité.

Voir l’intégralité du sondage

http://youtu.be/BUWkFH0gGhc