YouTube Twitter Linkedin Nous contacter fr Navigation
TilderNews On Demand

Sondage exclusif : Les Français majoritairement favorables à la suppression des régimes spéciaux

À un rythme hebdomadaire, « La question de lʼéco » est présentée dans « Le quotidien de lʼéconomie » dʼEmmanuel Kessler, diffusé sur LCI à 20h10 et 21h10. Avec lʼintervention de Frédéric Latrobe, Associé de Tilder, ce rendez-vous est lʼoccasion dʼun décryptage en matière de communication dʼun enjeu économique saillant de la semaine à partir dʼun sondage réalisé par un institut auprès dʼun panel représentatif de la population française. Cette semaine Frédéric Latrobe est remplacé par Nicolas Boudot, Directeur chez Tilder.

 

Sondage du 13 juin 2013 TILDER/LCI/OpinionWay pour le Figaro

+ Question 1 + Faites­-vous tout à fait confiance, plutôt confiance, plutôt pas confiance ou pas du tout confiance à François Hollande pour mener la réforme des retraites ? 

·       Sous-total OUI 32 %

·       Sous total NON 68 %

+ Question 2 + Etes-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt opposé ou tout à fait opposé à la suppression de tous les régimes sociaux de retraites ?

·       Sous-total FAVORABLE  66 %

·       Sous-total DEFAVORABLE 33 %

·       NSP 1 %

+ Question 3 + Le  gouvernement souhaite engager une nouvelle réforme des retraites. Est-ce que vous jugez :

·       Qu’il faut bien en passer par là 73 % 

·       Qu’il faut s’y opposer par tous les moyens 26 % 

·       NSP 1 % 

+ Question 4 +  Pour chacune des mesures suivantes, y êtes-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt pas favorable ou pas du tout favorable ?

Réponses

+ Question 5 + De laquelle des opinions suivantes vous sentez­vous le plus proche ?

·   Il faut appliquer de manière cumulative plusieurs de ces mesures pour obtenir rapidement un équilibre financier des retraites  62 %

·   Il faut n’appliquer qu’une seule de ces mesures pour éviter aux Français trop de bouleversements d’un coup 36 %

·   NSP 2 %

+ Question 6 + Concernant les pensions de retraite du secteur public, de laquelle des opinions suivantes vous sentez-vous le plus proche ?

·    Le régime de retraite du secteur public doit être aligné sur celui des salariés du privé 53 %

·   Les agents du secteur public doivent être mis à contribution sans  pour autant voir leur régime de retraite s’aligner sur celui des salariés du privé 29 %

·   Le régime de retraite du secteur public ne doit pas être modifié 16 %

+ Question 7 + Dans votre cas personnel, l’allongement de la durée de cotisation est-elle acceptable ?

·       Sous-total OUI 46 %

·       Sous-total NON 53 %

·       NSP 1 %

+ Question 8 + Selon vous, avec cette nouvelle réforme, le gouvernement réussira-t-il à garantir l’avenir du système des retraites ?

·       Sous-total OUI 19 %

·       Sous-total NON 80 %

·       NSP 1 %

 VOIR L’INTEGRALITE DU SONDAGE

 

Analyse de Nicolas Boudot, Directeur chez Tilder

  • Adhésion à la suppression de tous les régimes spéciaux de retraites.

Le pouvoir exécutif, ses dernières semaines, a montré qu’il comptait faire de l’égalité un principe cardinal de gouvernance. Ce fut notamment le cas du mariage pour tous ou l’égalité a été présentée comme le moteur de la réforme. Il est possible que ce principe d’égalité soit devenu la martingale en communication qui permettra au Gouvernement de réaliser une réforme de grande ampleur. Il apparaît en effet dans le sondage OpinionWay pour Tilder et le Figaro que ce principe d’égalité trouve une résonnance inattendue chez les Français: 66% des Français interrogés adhèrent au principe de suppression des régimes spéciaux des retraites. Même les salariés du public, à une courte majorité (51 / 49), dont les réformes passées ont permis de mesurer le degré de mobilisation à chaque nouvelle réforme, apparaissent favorables à la fin de ses régimes exorbitants du droit commun.

Ces résultats offrent, en communication, deux commentaires :

Il y a une prise de conscience réelle de la part des Français sur la nécessité d’une nouvelle réforme des retraites. Les prévisions du Conseil d’Orientation des Retraites sont alarmistes et le rapport Moreau attendu demain (14 juin) ne devrait pas faire exception au pessimisme entourant la situation financière des régimes de retraites français.

Cette prise de conscience offre au gouvernement une fenêtre de tir pour installer dans le débat public  la question des aménagements des régimes spéciaux avec la certitude de pouvoir s’appuyer sur un matelas d’opinion important (2/3 des Français interrogés), peu clivé politiquement.

En période de crise économique structurelle et de hausse du chômage, l’affirmation d’un principe d’égalité partagé par tous ne peut pas être contesté… pas même par les bénéficiaires de régimes dérogatoires avantageux.

L’ouverture de cette fenêtre de tir place le gouvernement devant ses responsabilités.Tous les gouvernements précédents qui se sont lancés dans une réforme des régimes spéciaux se sont heurtés à une contestation syndicale de grande ampleur. Ce fut le cas en 1995 au moment de la réforme Juppé qui avait déclenché les grèves les plus importantes depuis mai 68. Ce fut le cas également en novembre 2007 lorsque la France avait connu plus de 10 jours de grève dans les transports au moment où Nicolas Sarkozy avait, avec succès, imposé une réforme de certains régimes spéciaux. Quoi qu’il en soit, il faudra un grand courage politique et une confiance forte dans le pouvoir exécutif pour qu’une réforme d’ampleur aboutisse.

  •  Confiance accordée à François Hollande pour mener la réforme des retraites

Le résultat du sondage concernant la capacité de François Hollande à mener la réforme des retraites montre un scepticisme certain : 68% des Français interrogés n’ont pas confiance en la capacité du Président de la République à mener cette réforme. En communication, il conviendrait pour le Président de la République de mettre en œuvre une « stratégie du silence ».C’est à dire apparaitre comme plus effacé, en laissant partir au front les ministres en charge de la réforme des retraites, au premier rang desquelles se trouve Marisol Touraine. Cela pourrait être un excellent moyen pour lui de ne pas s’exposer, de ne pas faire coïncider dans l’espace médiatique son manque de popularité avec la conduite de cette réforme importante du quinquennat  qui servira, quoi qu’il arrive de marqueur social, et, éventuellement de capitaliser sur une réussite. À coup sur, une réforme des retraites réussie par le gouvernement actuel serait à mettre au crédit du Président de la République. On retiendrait alors que François Hollande au début de son quinquennat a eu le courage d’imposer l’égalité.

 

http://youtu.be/9BFYMGqUYbU