YouTube Twitter Linkedin Nous contacter fr Navigation
TilderNews On Demand
Émission Interview

« L’ouverture des magasins au-delà de l’heure légale »… – Sondage pour la question de l’éco du 26 septembre 2013

À propos de La Question de l’Éco : À un rythme hebdomadaire, « La question de l’éco » est présentée dans « Le quotidien de l’économie » d’Emmanuel Kessler, diffusé sur LCI à 20h10 et 21h10. Avec l’intervention de Frédéric Latrobe, associé de Tilder ou Nicolas Boudot, Directeur chez Tilder, ce rendez-vous est l’occasion d’un décryptage en matière de communication d’un enjeu économique saillant de la semaine à partir d’un sondage réalisé par un institut auprès d’un panel représentatif de la population française.

Ouverture des magasins au-delà de l’heure légale : 64% des Français interrogés y sont favorables

Q 1 :  Etes-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt opposé ou tout à fait opposé à ce que, dans les zones touristiques, les magasins puissent fermer après 21 h 00, heure légale de fermeture des commerces ?

  • Sous total « FAVORABLE » : 64 %
  • Sous total « OPPOSE » : 35 %
  • NSP : 1 %

Q 2 :  Etes-vous très satisfait, assez satisfait, assez mécontent ou très mécontent de la politique économique et sociale du gouvernement de Jean-Marc Ayrault?

  • Sous total « SATISFAIT » : 23 % (résultat équivalent à celui de juin 2013)
  • Sous total « MECONTENT » : 75 % (-1 point par rapport à juin 2013)
  • NSP : 2 %

ANALYSE DE NICOLAS BOUDOT, DIRECTEUR CHEZ TILDER

Q 1 : Ouverture des magasins au-delà de l’heure légale dans les zones touristiques : 64% des Français interrogés en accord avec les salariés de Sephora

Le sondage OpinionWay pour LCI et TILDER de cette semaine donne une large majorité aux Français qui jugent favorablement l’ouverture des magasins le dimanche dans les zones touristiques (64% contre 35%).

La question a été posée juste après la décision de justice condamnant le magasin Sephora des Champs-Elysées, propriété du groupe LVMH, à fermer à 21h00, contre la volonté des salariés qui avaient exprimé le souhait de pouvoir travailler plus tardivement. Cette requête syndicale, confirmée par la justice, n’est pas soutenue par les Français.

En matière de communication, deux enseignements doivent être tirés de cette étude.

1+ D’abord, il faut entendre et analyser le message envoyé par les Français interrogés : « Syndicats vous êtes anachroniques !».

  • Les habitudes de consommation évoluent : les habitudes de consommation des touristes et des Français, vivant dans les zones touristiques, évoluent : les consommateurs veulent pouvoir acheter sur des plages horaires plus longues.
  • Les commerçants se sont adaptés à ces évolutions, à ces nouvelles habitudes, parfois même avec le concours du législateur (par exemple : vote de la loi Maillé en août 2009 organisant le travail dominical.) Les horaires d’ouverture des magasins ont évolué dans le temps pour répondre aux attentes des Français.
  • Les organisations syndicales ont gardé le même discours ! Le paradoxe syndical est là : le discours syndical de protection des salariés demeure malgré la volonté de certains salariés de travailler plus dans certaines zones à la chalandise particulière, probablement pour gagner plus. Ce slogan qui avait contribué à la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007 continue d’être partagé.

2+ Le deuxième enseignement en communication que l’on peut tirer est le suivant : en tenant un discours à contre-courant des évolutions de la société,  les organisations syndicales se placent dans un corner médiatique qui risque de peser de plus en plus lourd sur leur représentativité auprès des salariés.

Q 2 : 75% des Français n’ont pas confiance dans la politique du Gouvernement

Depuis juin 2013, la confiance dans la politique économique du Gouvernement n’a progressé que d’un petit point. Autant dire que nous nous trouvons dans la zone d’erreur et que pour être juste, il faut parler de stagnation des résultats.

En communication, les bonnes nouvelles récentes sur lesquelles le Gouvernement s’est (largement) exprimé : baisse du chômage, signes d’une reprise économique dans les pays de l’OCDE, commandes industrielles navales importantes… n’ont pas fait oublier l’imbroglio de messages contradictoires sur la fiscalité des ménages et des entreprises.

Le « ras-le-bol fiscal » qui occupe le débat public, politique et médiatique depuis plusieurs semaines a durablement impacté l’opinion et pollue la communication du Gouvernement.

C’est un signal de l’opinion que le Gouvernement ne doit surtout pas négliger en communication.

Le slogan « Président des riches » avait terni l’image et pollué la communication du précédent président de la République pendant toute la durée du précédent quinquennat, il faut vraiment que l’exécutif corrige le tir pour ne pas voir imposer un nouveau slogan aux conséquences imprévisibles : « le Président des impôts ».

http://youtu.be/5iIKIGGDuuQ