YouTube Twitter Linkedin Nous contacter fr Navigation
TilderNews On Demand
Émission Interview

« L’ouverture des magasins après 21h00 et le dimanche » – Sondage pour la Question de l’éco du 3 octobre 2013

À propos de La Question de l’Éco : À un rythme hebdomadaire, « La question de l’éco » est présentée dans « Le quotidien de l’économie » d’Emmanuel Kessler, diffusé sur LCI à 20h10 et 21h10. Avec l’intervention de Frédéric Latrobe, associé de Tilder ou Nicolas Boudot, Directeur chez Tilder, ce rendez-vous est l’occasion d’un décryptage en matière de communication d’un enjeu économique saillant de la semaine à partir d’un sondage réalisé par un institut auprès d’un panel représentatif de la population française.

OUVERTURE DES MAGASINS APRES 21H00 ET LE DIMANCHE : les Français se prononcent très majoritairement pour plus de souplesse

Q 1 :  Trouvez-vous que la CGT a eu raison de s’opposer à un accord permettant aux magasins Monoprix d’ouvrir au-delà de l’heure légale (21h) le soir ?

  • Sous total « N’A PAS EU RAISON » : 71 %
  • Sous total « A EU RAISON » : 28 %
  • NSP : 1 %

Q 2 :  Certains magasins de bricolage ont décidé d’ouvrir le dimanche malgré l’interdiction de la justice. Approuvez-vous ou désapprouvez-vous ce choix ?

  • Sous total « APPROUVE » : 66 %
  • Sous total « DESAPPROUVE » : 33 %
  • NSP : 1 %

ANALYSE DE FREDERIC LATROBE, ASSOCIE CHEZ TILDER

Q 1 : 71% des personnes interrogées considèrent que la CGT n’a pas eu raison de s’opposer à un accord permettant aux magasins Monoprix d’ouvrir au-delà de l’heure légale (21h) le soir

Il y a un double décalage sur ce sujet qui fait polémique depuis plusieurs jours après une succession de décisions de justice. Un décalage entre le politique et l’opinion d’une part, comme l’a bien compris le gouvernement qui a confié, en début de semaine, une mission à Jean-Paul Bailly pour apporter un peu de sérénité à ce débat et, on l’espère, des solutions. Un décalage aussi entre les centrales syndicales et l’opinion, au point qu’il y a une forte temporisation aujourd’hui, de la part de la CGT et de FO notamment, qui commencent à détendre leur position de principe. En quelques jours, le débat est devenu un débat national que, ni le gouvernement, ni les syndicats n’avaient vu venir, porté par une forte couverture médiatique. A cause de leur retard à l’allumage, ce dossier est devenu pour les syndicats un sujet de communication de crise qui peut faire bouger les lignes, tant en interne avec leurs bases, qu’à l’extérieur vis à vis de l’opinion.

Q 2 : 2/3 des Français approuvent que certaines enseignes restent ouvertes le dimanche malgré l’interdiction de la justice

Ce résultat s’inscrit dans la même logique. Là encore, le gouvernement et les syndicats sont mis sous pression sur un sujet qui prend toute sa dimension en période de crise. Alors que les Français jugent sévèrement l’efficacité de la politique économique et sociale du gouvernement, la question du pouvoir d’achat est omniprésente et ouvre la voix à ceux qui voudraient faire renaître le « travailler plus pour gagner plus » ou la défiscalisation des heures supplémentaires.  Pour le gouvernement, il va donc falloir redresser très vite cette tendance au risque d’un véritable affrontement avec l’opinion sur un sujet au départ anecdotique. Par ailleurs, il va lui falloir gérer la cohérence de sa politique alors qu’il est à l’origine de la souplesse du marché du travail avec la loi flexi-sécurité du printemps dernier.  En attendant l’inversion de la courbe du chômage, le gouvernement peut prouver sur ce sujet qu’il n’est pas l’ennemi de l’emploi.

http://youtu.be/1lGP-ZAIHO4