À propos de La Question de l’Éco : À un rythme hebdomadaire, « La question de l’éco » est présentée dans « Le quotidien de l’économie » d’Emmanuel Kessler, diffusé sur LCI à 20h10 et 21h10. Avec l’intervention de Frédéric Latrobe, associé de Tilder ou Nicolas Boudot, Directeur chez Tilder, ce rendez-vous est l’occasion d’un décryptage en matière de communication d’un enjeu économique saillant de la semaine à partir d’un sondage réalisé par un institut auprès d’un panel représentatif de la population française.

Q1 : Etes-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt opposé ou tout à fait opposé à… 

 

La suppression des conseils départementaux (conseils généraux) :

       Sous total « favorable » : 64 %

       Sous total « opposé » : 34 %

       NSP : 2 %

 

La diminution par deux du nombre de régions :

       Sous total « favorable » : 59 %

       Sous total « opposé » : 40 %

       NSP : 1 %

 

Q2 : Manuel Valls a annoncé un effort pour baisser les cotisations sociales des salariés, qui se traduira par une augmentation qui pourra atteindre 500 euros nets par an pour un salarié au smic.

Pensez-vous que cette mesure est une bonne chose pour relancer l’économie française ?

 

       Sous total « oui » : 63 %

       Sous total « non » : 36 %

       NSP : 1 %

 

Q3 : Ségolène Royal doit-elle selon vous…

 

       Mettre en œuvre l’écotaxe en la réaménageant : 55 %

       Abandonner l’écotaxe : 43 %

       NSP : 2 %

 

ANALYSE DE NICOLAS BOUDOT, ASSOCIE CHEZ TILDER


Q1 / Q2 
: Il est délicat de parler d’état de grâce pour un Premier ministre à la tête d’un gouvernement remanié qui intervient après une très lourde défaite électorale. Toutefois, les résultats du sondage de cette semaine montrent que les Français interrogés accueillent favorablement les mesures annoncées par le Premier ministre lors de son discours de politique générale, et au-delà approuvent « le discours de la méthode » gouvernemental de Manuel Valls. Sur ce point, le remaniement est un succès qui profite à tout l’exécutif et donne un peu d’air à un pouvoir asphyxié par les mauvais résultats dans le domaine social.

En communication, ce résultat appelle trois considérations :

  • C’est d’abord la preuve que le Premier ministre a réussi les figures imposées de communication politique du discours de politique générale. Le ton, la durée (45 minutes), les 3 ou 4 annonces concrètes, accompagnées d’un calendrier, sont autant d’éléments susceptibles de marquer positivement et durablement l’opinion. C’est un quasi sans faute.

Manuel Valls, premier ministre, est également devenu en quelques jours « le premier communicant » et c’est plutôt un atout pour la suite.

  • Les Français qui, au fur et à mesure de la parution des sondages pour Tilder et LCI, montraient qu’ils étaient en attente d’une direction claire en matière d’économie apprécient la méthode qui leur est proposée : une annonce, les bénéfices qui en sont attendus pour les Français concernés, le tout accompagné d’un calendrier de mise en œuvre. Les résultats de ce sondage sont le témoignage d’un regain de confiance entre les Français et l’exécutif.
  • Le Premier ministre a reçu le soutien des Français sur les annonces de son discours testées dans ce sondage. Il faudra également qu’il soit très professionnel dans sa communication pour être entendu par les dirigeants socialistes des Conseils généraux et par les Présidents de Conseils régionaux dont une immense majorité (20/22) sont issus des rangs de la gauche. On a pu d’ores et déjà constater les réticences pénétrer le débat public.

Il s’agit donc d’une entrée en matière réussie pour le premier ministre en matière de communication…  en attendant les actes.

Q3 : Les Français interrogés considèrent que Ségolène Royal doit mettre en œuvre l’écotaxe à condition de la raménager. Ce résultat est une preuve supplémentaire d’un petit regain d’opinion positive pour l’exécutif et dans le cas d’espèce pour Ségolène Royal, qui arrive au poste de ministre de l’Ecologie, après Delphine Batho et Philippe Martin.

 

Que retenir des résultats de ce sondage en matière de communication ?

  • D’abord que les Français n’apprécient pas particulièrement que le pouvoir cède trop facilement à la rue ou aux manifestations. La décision de suspension de la part du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, il y a quelques mois, avait été interprétée comme un aveu de faiblesse de l’exécutif.
  • Ensuite, que les messages concernant les conséquences de la suspension de l’écotaxe en matière d’aggravation des Dépenses publiques, inaudibles l’automne dernier, ont été largement distillés par les leaders d’opinion depuis, entendus et compris par une majorité de Français…
  • Enfin, que Madame Royal, qui n’est pas novice au poste de ministre, comme pouvait l’être ses deux prédécesseurs au même poste, est sans doute la preuve qu’un gouvernement plus professionnel, y compris en matière de communication, peut obtenir des résultats positifs rapidement.

 

Visionner l’intervention de Frédéric Latrobe