1/ L’Union Européenne doit-elle débloquer des moyens supplémentaires pour accueillir les migrants fuyant des zones de conflit en Afrique et au Proche-Orient ?

  • Sous total « oui » : 39%
  • Sous total « non » : 59%
  • NSP : 2 %

2/ La France doit-elle selon vous consacrer plus, moins ou ni plus ni moins de moyens à la lutte contre le terrorisme sur son sol ?

  • « Plus de moyens »: 64%
  • « Moins de moyens » : 5%
  • « Ni plus ni moins de moyens qu’actuellement »: 31%

ANALYSE DES RESULTATS PAR NICOLAS BOUDOT, ASSOCIE CHEZ TILDER

1 / 59% des Français se disent défavorables au déblocage de moyens supplémentaires par l’Union Européenne pour accueillir les migrants fuyant les zones de conflit.

Il y aurait trois façons de lire les résultats de ce sondage :

La première, émotionnelle, consisterait à considérer les Français comme des êtres dépourvus de tout sentiment compassionnel pour les migrants qui fuient par la mer, au péril de leur vie, les zones de guerres et les extrémistes religieux en Afrique ou au Moyen-Orient. La deuxième, plus factuelle, pousserait, quant à elle, à considérer que les Français interrogés imaginent que les moyens déployés par l’Union européenne sont suffisants pour ce qui a trait à l’accueil des migrants et qu’il convient plutôt de lutter contre les filières mafieuses qui s’organisent autour des populations en fuite vers les côtes italiennes. Ce n’est ni l’une ni l’autre vision qu’il convient de retenir ici. Les résultats de ce sondage démontrent plutôt une défaillance manifeste de l’Union européenne dans sa communication globale auprès des habitants de l’union européenne. Il a en effet fallu attendre un nouveau drame en Méditerranée dimanche dernier, soit le naufrage d’un chalutier transportant 800 migrants, pour que l’Union européenne, pourtant en première ligne dans la lutte contre l’immigration clandestine et dans la lutte contre les filières mafieuses de traite des clandestins décide d’organiser en urgence une réunion du Conseil de l’Europe. Ce déficit de communication, cette absence de prise de parole forte et de démonstration d’action sur les sujets d’immigration clandestine qui, pourtant, préoccupent les habitants des Etats membres de l’Union européenne, expliquent donc les résultats de ce sondage.

2 / 64% des Français interrogés considèrent que la France doit consacrer plus de moyens à la lutte contre le terrorisme sur son sol.

Ce sondage OpinionWay pour Tilder et LCI a été réalisé quelques heures après que le gouvernement a annoncé l’arrestation fortuite d’un individu dont la police présume qu’il projetait de commettre des attentats sur le sol français. Cette arrestation a probablement permis d’élucider parallèlement le mystère du meurtre d’Aurélie Châtelain dont le corps avait été retrouvé dimanche dernier. Les résultats de ce sondage, au regard de l’actualité récente, ne sont donc pas surprenants. Toutefois, à y regarder de plus près, il est possible de tirer de ce sondage trois enseignements en communication:

Dans un premier temps, la communication du ministre de l’Intérieur cette semaine, qui se voulait positive, maîtrisée et rassurante sur le fait d’avoir réussi à stopper les actions sur le sol français d’un terroriste présumé, s’est heurtée à la découverte par les médias de l’aspect fortuit de cette arrestation qui ne résulterait pas d’une enquête policière mais plutôt de la maladresse du présumé terroriste.

Le « hasard » de cette arrestation a renforcé le sentiment d’insécurité des Français face au terrorisme déjà accentué par les attentats de janvier à Paris et de mars à Tunis. Ce faisant, ce sondage démontre également que les moyens massifs mis en œuvre depuis janvier pour protéger les bâtiments publics et les lieux de culte dans les villes sont encore considérés comme insuffisants par les Français, tandis que le sentiment d’insécurité perdure…. Enfin, les résultats de ce sondage révèlent que la pédagogie institutionnelle réalisée autour de la loi sur le renseignement, censée créer un « Patriot Act » à la Française et donc donner des moyens supplémentaires dans la lutte contre le terrorisme, n’a pas encore fonctionné ou n’a pas encore été comprise puisque les Français interrogés demandent toujours plus. Le hasard des événements récents devrait donner au gouvernement une tribune médiatique supplémentaire pour mieux défendre l’efficacité des mesures prévues dans ce projet de loi.

 Visionner l’intervention de Nicolas Boudot