Questions du jeudi 25 juin 2015

Q1 : Selon vous, l’organisation des Jeux Olympiques aurait-elle des effets positifs, négatifs ou pas d’effet sur l’économie française ?

  • Effets positifs : 43 %
  • Effets négatifs : 29 %
  • Pas d’effet : 28 %

Q2 : Suite aux révélations concernant l’écoute des dirigeants français par les Etats-Unis, pensez-vous que la France devrait prendre des sanctions ?

  • Sous total « oui » : 61 %
  • Sous total « non » : 38 %
  • NSP : 1%

ANALYSE DES RESULTATS PAR NICOLAS BOUDOT, ASSOCIE CHEZ TILDER

Q1 : Moins de 1 Français sur 2 pensent que l’organisation des Jeux Olympiques à Paris en 2024 pourra avoir des effets économiques positifs

Le sondage de cette semaine fait mentir l’auteur Romain Juvénal à qui l’on doit l’expression latine « panem et circenses » (pain et jeux du cirque). Cette expression dénonçait l’usage répandu par les empereurs romains de distribuer du pain et d’organiser de manière régulière des jeux du cirque pour amuser et donc s’attirer les bonnes grâces du peuple romain.

Aujourd’hui, alors que la Maire de Paris, Anne Hidalgo, vient d’annoncer que Paris était officiellement candidate à l’organisation des Jeux Olympiques, cette expression semble avoir fait long feu. En effet, seuls 43% des Français interrogés considèrent qu’une telle organisation aurait des retombées positives. Trois raisons à cela :

  • D’abord, c’est la troisième fois en 15 ans, après 2008 et 2012 que Paris est candidate à l’organisation des Jeux Olympiques. De ce fait, l’aspect inédit et unique qui aurait pu porter la candidature a un peu émoussé l’enthousiasme des Français.
  • Ensuite, l’histoire récente a montré que les villes et au delà d’elles, les Etats, qui recevaient l’organisation d’une telle manifestation sportive avaient de grandes difficultés à équilibrer les budgets alloués à une telle manifestation et pouvaient même s’endetter lourdement (Athènes en 2004, Pékin en 2008) sans trouver d’usages futurs aux infrastructures ou enceintes sportives bâties à cette occasion. Seule la ville de Londres en 2012 a réussi à en retirer des bénéfices économiques qui, d’après le comité d’organisation londonien, durent encore.
  • Enfin, les récents scandales sur les attributions des coupes du monde de football par la FIFA créent un sentiment négatif des Français à l’endroit des structures attribuant les compétitions sportives ; sentiment qui peut également expliquer le résultat de ce sondage.

 

Ce sont donc des travaux herculéens de communication qui attendent le comité de soutien et d’organisation de la candidature de Paris aux JO 2024, au premier rang duquel se trouve la Maire de Paris. Le Comité devra, non seulement convaincre les membres du CIO que la candidature de Paris est la bonne après 2 tentatives infructueuses, mais aussi rassembler les Français qui doutent encore des effets économiques d’un tel événement. Deux méthodes de communication pour cela : l’émotion positive et la démonstration par l’exemple. Déclencher une émotion positive induite par des exploits sportifs partagés est une méthode qui permettra de rassembler les Français autour d’une telle organisation. Les prochains jeux d’été auront lieu l’année prochaine à Rio de Janeiro… Le poids de la candidature française repose donc aussi sur les épaules de nos champions. A eux de nous procurer des émotions positives en rapportant des médailles et en nous faisant vibrer. De manière plus terre à terre, il faudra que les jeux de Rio donnent l’exemple en matière de retombées économiques positives pour le Brésil. Ils démontreraient, après Londres, la capacité de générer des bénéfices financiers, en plus du simple, mais essentiel, frisson sportif.

 

Q2 : 61% des Français interrogés souhaitent que la France prenne des sanctions contre les USA à la suite des révélations sur les écoutes

 

Nous avons appris cette semaine que les dirigeants Français étaient écoutés par les services secrets américains, eux mêmes écoutés par Wikileaks, publié en France par Médiapart, le Monde et Libération. Il s’agit d’une affaire grave qui entache dans l’opinion publique les relations diplomatiques entre la France et les USA et dont la gestion est quasi exclusivement une question de communication et pour l’exécutif une question de posture face à ces révélations.

 

En effet, les experts en relations internationales ont tous considéré que ce type d’écoutes était répandu entre Etats. De surcroit, si 61% des Français sont favorables à des sanctions, la question que l’on se pose immédiatement est : lesquelles et avec quelles conséquences ? Parce que les USA sont alliés de la France, diplomatiquement mais aussi économiquement, qu’il s’agit d’un Etat essentiel à la balance commerciale de la France, il sera très complexe pour la France de prendre des sanctions autres que symboliques. Il n’en demeure pas moins que le président de la République et le Gouvernement ont plutôt bien réagi en communication en dénonçant les pratiques de leur allié américain, en convoquant immédiatement un Conseil de Défense, puis en faisant convoquer par le ministre des Affaires Etrangères, l’Ambassadrice des USA en France. Les prises de paroles fermes ont également permis de montrer que l’exécutif ne voulait pas se sentir accusé d’une forme de perte de souveraineté.

 

Cette situation pose tout de même deux questions pour l’avenir :

  • D’abord, les révélations sorties des écoutes des trois présidents Français n’étaient pas véritablement des scoops à même d’ébranler la République. Le feuilletonnage à venir des révélations annoncé par les directeurs de Médiapart et Libération pourrait mettre plus gravement en difficulté la diplomatie de la France. Et comme nous venons de le dire il est ardu de prendre des sanctions à l’égard des USA.
  • Ensuite, et c’est sans doute le point le plus grave, Wikileaks souhaite imposer la transparence totale dans les relations internationales et diplomatiques entre Etats. La transparence totale est par nature le contraire de la liberté. Elle est également incompatible avec la démocratie. La direction d’un Etat ou d’une entreprise nécessite le secret pour atteindre son terme. Il apparaît alors important qu’en communication les gouvernants réaffirment que la marche d’un Etat nécessite une forme de secret car, comme l’écrivait Pascal : « Si tous les hommes savaient ce qu’ils disent les uns des autres, il n’y aurait pas quatre amis dans le monde ».

Visionner l’intervetion de Nicolas Boudot