Jean-Michel Salvator

Associé

Biographie

Avant son arrivée chez Tilder, Jean-Michel Salvator a été journaliste près de 35 ans. Il s’est forgé une solide expérience dans tous les styles de médias.
Il commence sa carrière au service politique de France Inter puis rejoint Europe 1 où il suivra longtemps les secteurs des Transports et de la Défense.
Dans les années 90, il présentera un journal de l’économie pendant trois ans avec Erik Izraelewtcz dans la matinale d’Europe 1, avant d’être nommé rédacteur en chef des services Politique et Economie. Parallèlement, il crée un service économie au Journal du Dimanche.
En 2004, il poursuit sa carrière en presse écrite, en devenant numéro deux des rédactions du Figaro. Il a successivement été l’adjoint de Nicolas Beytout, d’Etienne Mougeotte puis d’Alexis Brézet. Pendant ces années, il a participé à la montée en puissance du site internet qui est devenu rapidement le leader du marché.
En 2014, Alain Weill lui propose de diriger la chaine économique BFM Business et de développer le site de la chaine BFMTV, qui opérera un rattrapage spectaculaire.
Jean-Michel Salvator a aussi été éditorialiste sur LCI, RTL et BFMTV. Dans ses différentes responsabilités, il a été le témoin (et souvent l’acteur) de la formidable métamorphose des médias en France qui auront plus changé en 50 ans qu’en 600 ans depuis Gutenberg. Une histoire qu’il a raconté en 2019 dans un livre paru chez Calmann Levy et écrit avec Francis Morel, l’ancien patron Dun Figaro, des Echos, du Parisien et aujourd’hui senior executive advisor chez McKinsey.

 

Ses engagements

Livre "Les journalistes sont formidables" co-écrit avec Francis Morel

Du kiosque à l’iphone, des petites annonces a LinkedIn, du Canard enchaîné à Mediapart, de l’ORTF à Bfmtv, des radios libres aux Facebook Live… Ce qui a beaucoup changé aussi dans notre manière de nous informer, ce sont les réseaux sociaux…. le meilleur et parfois le pire, notamment depuis le début du mouvement des gilets jaunes… (Calmann Levy)

La crise des gilets jaunes a servi de révélateur : les fake news sont parmi nous ! Propagande en ligne, accusations sans preuve, lynchage, piétinement de la vie privé, elles se propagent et dérèglent le débat démocratique.  Les réseaux sociaux qui les diffusent en viennent à se substituer aux médias traditionnels. Et si la progression des populismes (Brexit, Trump, Orban, Salvini) était liée à la montée en puissance de Facebook ou Twitter ? Les deux phénomènes sont concomitants. Un retournement spectaculaire. A ses débuts, Facebook a été facteur de démocratie, lors du printemps arabe ou en France, en donnant la parole à ceux qui ne l’avaient jamais eu. Une sorte de nuit du 4 août où les journalistes ont perdu une part de leur privilège d’informer. Aujourd’hui, ils sont devenus la cible de toutes les critiques, de tous les soupçons.
On n’a pourtant jamais eu autant besoin d’une presse libre et exigeante. Les journalistes ne sont pas des intouchables mais leur fonction est un des rouages essentiels pour faire vivre la démocratie. Leur mission est de publier ou de diffuser des informations exactes, vérifiées, pertinentes, accessibles et utiles. Cette concurrence des réseaux sociaux est l’un des changements les plus spectaculaires que la presse doit affronter. Elle a plus changé ces cinquante dernières années que depuis six cents ans et Gutenberg. Elle est passée en accéléré du plomb au digital. On a vu apparaitre les sites fixes, puis les smartphones, la vidéo en ligne et maintenant l’intelligence artificielle.  Cette révolution est une menace mais aussi une formidable opportunité.
Grâce au web, jamais les quotidiens historiques n’ont touchés des publics aussi larges ! Grâce aux portables, jamais les télévisions n’ont été aussi facile à regarder !
C’est l’histoire de cet incroyable big bang, pleins de rebondissements que vous racontent Francis Morel, patron de presse (il a dirigé le Figaro, Les Echos et le Parisien) et Jean-Michel Salvator, qui a appartenu aux directions des rédactions d’Europe 1, du Figaro et de BFMTV.

 

Découvrir nos engagements